"""Mon corps est une vaste entreprise de risques philosophiques"""

-La roue de secours-


Nouvelle intitulée « Coincé dans les bouchons » publiée dans un recueil collectif "Poèmes Nouvelles et Textes avec Roues Aléatoires et de secours" (éditions R R écritures).


"Coincé dans les bouchons, ma roue de secours s’ennuie

Coincée dans les bouchons, elle se demande à quoi elle peut bien me servir

Coincé dans les bouchons, je ne lui fais même pas la causette

Coincé dans les bouchons, je suis trop épris de ce, ouvrez les guillemets, monde, fermez les guillemets. Celui-là même qui est la réalité

Coincé dans les bouchons, Fantasia est la prison de mes rêves fatalistes

Coincé dans les bouchons, je croise du regard un arbre qui cache la forêt abritant mon néant

Coincé dans les bouchons, et dans le bois où je vais chaque dimanche cueillir les fruits de mes souhaits

Coincé dans les bouchons, agrippé comme des mures et des églantines qui m’amnésient des leçons à tirer de mes souvenirs

Coincé dans les bouchons, à Berlin Est ou à Paris le périph est le même, truffé de réclames Menem

Coincé dans les bouchons, c’est dans l’air de se raser comme Yves Calvi

Coincé dans les bouchons, la peau du visage et du gland toute clean

Coincé dans les bouchons, au milieu d’autres de mes semblables intégrés à la sauce cravate

Coincé dans les bouchons, bolognaise cannibale au pôle emploi

Coincé dans les bouchons, les chômeurs : le yang des travailleurs renifleurs de combustions

Coincé dans les bouchons, nous revenons à ce gland, ce bouchon si habilement caché dans le Calvin Kleene

Coincé dans les bouchons, pourquoi donc ne vient t-il jamais à l’idée de son propriétaire de la sortir, alors que la vroum fait du surplace et que les mimines sont libres pour tout autre usage

Coincé dans les bouchons, je branle mon guidon à deux mains en jalousant mon orifice

Coincé dans les bouchons, triste et exclusif au plaisir de ma compagne, il jaunit d’envie

Coincé dans les bouchons, lui aussi rêverait de se farcir toutes celles qui sont coincées dans les bouchons

Coincé dans les bouchons, à la sortie des brettelles, orgie intégrale sur les capots des monospaces

Coincé dans les bouchons, avec tous les voyants lumineux pointant et aveuglant la doxa du bon sens moral

Coincé dans les bouchons, pavillon, piscine et labrador rien que dans les boites à jouer Mattel

Coincé dans les bouchons, utopie d’un monde où les sourires figés des familles laborieuses n’existeraient qu’au travers de la cire qui modèle les poupées

Coincé dans les bouchons, arrête de ne regarder qu’en face de toi !

Coincé dans les bouchons. Obsédé ! Obstiné ! Mais au fond obligé de croire à ce que tu te dois de prétendre

Coincé dans les bouchons et dans les réussites sociales pré-empaquetées colis express, robuste et anti-choc

Coincé dans les bouchons, sors de corps prolétaire !

Coincé dans les bouchons, il faut que je me calme

Coincé dans les bouchons, j’ai tendance à vite omettre que l’imaginaire, pris en sandwich entre la réalité et le rêve n’est au final que fictif

Coincé dans les bouchons, je me fais à l’idée DE !

Coincé dans les bouchons, j’abdique, je me résigne

Coincé dans les bouchons, à 5km/h la résine de mon pneu s’encombre de renoncement

Coincé dans les bouchons, mon corps se dépose et se laisse gagner par la bronchite de la non-croyance à l’altérité

Coincé dans les bouchons, la liberté quitte, se démet de mon pot d’échappement

Coincé dans les bouchons, elle démissionne car je viens de blasphémer à même les broutilles : rien qu’avec du sperme

Coincé dans les bouchons, je fais ce triste constat car j’écris ces rimes à une époque où l’acte charnel non-consensuel est encore relégué au geste criminel"