"""Mon corps est une vaste entreprise de risques philosophiques"""

-Performances-


Ma pratique s’oriente principalement vers l’exploration du corps malade en relation étroite avec mon handicap moteur. Je le développe ainsi dans le champ de l’écriture, la performance et des arts visuels avec des formes philosophiques ou purement poétiques. A travers la performance, je confronte mon corps quasi inactif et dépendant à un médium fondé sur l’action. Avec l’aide de mes assistant(e)s de vie, témoins privilégié(e)s de mon quotidien, ce paradoxe devient alors prétexte à évoquer la fragile frontière qui réside entre : impossible et espoir, immobilité et mouvement, contrainte et liberté.

En toute évidence, j’utilise et use également le facteur visible de mon handicap pour transposer sur mon corps malade des représentations sociales, ainsi qu’un lieu symbolique de transfert des mémoires de peine et de souffrance.

Me revendiquant clairement de certains mouvements spirituels orientaux de « non-dualité » comme à des avant-gardes artistiques inspirées du situationnisme, je nourris mes créations d’un esprit de détournement des situations, et de déconstruction des espaces physiques et contextes socioculturelles. Mais aussi et avant tout, comme une expression dialectique en perpétuelle critique envers son propre fondement. La performance est pour moi l’expérience qui permet ce détachement momentané. Un temps rituel où le corps devient entièrement langue, dépourvu de tous ses autres organes.



*

**

****


"Le poète de situation ou d’action risque son invention dans chaque espace. Si cette poésie appartient au théâtre elle en est sa fille la plus pure, celle de la cruauté. D’Artaud en passant par Diogène, la lanterne éclaire la lumière du jour comme un soleil noir. A l’heure où le concept de performance est galvaudé et réduit à des gesticulations approximatives, Kamil Guenatri retrouve les fondements de la poésie d’action rituelle. L’exemplarité de son corps-critique est un lieu d’observation privilégié de notre société dans l’espace commun des habitudes de déplacement. C’est par notre blessure que nous devons passer pour inventer le monde et témoigner de lui. Hegel disait que l’homme n’est rien d’autre que la série de ces actes. Les actes de Kamil Guenatri transforment ainsi notre humanité."


Serge Pey



(La Muga Caula 2015, Les Escaules-Espagne, photo de Domix Garrido à partir d'un portrait de Maya Paules)